Ninh Binh, la secrète Baie d’Halong terrestre

Vous connaissez très certainement la Baie d’Halong, ou du moins en avez-vous entendu parler. Mais connaissez-vous également celle que l’on appelle la Baie d’Halong terrestre ?

Il s’agit d’un endroit époustouflant au cœur de la partie nord du Vietnam, à une centaine de kilomètres au sud d’Hanoi.
Dans la province de Ninh Binh, le petit village de Tam Coc entre autres, se trouve niché entre les formations karstiques qui sortent de terres par centaines, de même manière et de même composition que celles qui forment la Baie d’Halong. Sauf qu’ici, on se trouve dans les terres, et que ces collines sont entourées de rizières verdoyantes et de rivières qui les sillonnent. C’est pourquoi les locaux appellent ce lieu la « Baie d’Halong terrestre ».

IMG_20160407_200603

07/04/2016

Dans ma traversée du Vietnam du nord au sud, j’ai fait un stop dans cette province pendant 24h, ayant planifié d’aller passer la nuit à Ninh Binh même. Mais le bus de nuit qui m’y amène me contraint de descendre dans un petit village tranquille à quelques kilomètres de là mais dont je ne connais ni le nom, ni la location.
Me voici à Tam Coc. Il est 22h. Et je ne sais pas comment rejoindre ma réservation à Ninh Binh.
Pas de panique, je suis déposée juste devant une petite auberge de jeunesse dont certains voyageurs occupent la terrasse, sirotant tranquillement leurs boissons. Je m’avance vers le bâtiment quand je suis chaleureusement accueillie par la dame qui s’occupe du petit bureau touristique de l’auberge, encore ouvert à cette heure-ci. Elle me donne tous les renseignements dont j’ai besoin et me rassure quant à ma location, puisque je suis finalement plus proche ici de ce que j’étais venue voir qu’en étant à Ninh Binh !
Par chance, ma réservation dans l’autre hostel ne m’avait rien coûté, ni une ni deux, je prends donc un lit dans l’un des deux grands dortoirs de cette petite auberge, dans la rue principale de Tam Coc.

P1060585

Le lendemain matin, je décide de partir à l’exploration des environs… en scooter !!
Ce moyen de transport est extrêmement répandu en Asie du sud-est, et très prisé des voyageurs car c’est le moins onéreux, et surtout le plus pratique pour bouger en toute liberté.
Mais il s’agit pour moi de ma première fois en SCOOTER !! ( :D).
Je loue l’engin pour la journée pour être tranquille. Les débuts sont assez épiques. La dame qui me le loue se marre en me voyant l’essayer. Plus tard, un petit papi tout sourire m’aide finalement à le faire redémarrer après m’avoir laissée galérer 5 minutes.

IMG_20160407_211853

Ce jour-là je suis seule, avec mon plan – qui ressemble plus à un croquis mentionnant trois routes – et mon scooter, et j’en garde l’un de mes meilleurs souvenirs de tout mon voyage.
La balade est fantastique. En dépit du temps lourd et nuageux, j’en prends plein les yeux. La région est magnifique. A peine sortie du petit village de Tam Coc, j’aperçois les collines rocheuses qui se révèlent non loin et se dressent entre champs de riz verts vifs et rivière sinueuse. C’est vraiment sublime.


Je parcours une petite route où je ne croise que quelques rares touristes en vélos ou scooters s’aventurant eux aussi dans le coin. Je traverse plusieurs petits villages très pittoresques, où j’aperçois les habitants dans les rues, menant leurs quotidiens tranquillement. Les enfants se chamaillent ou jouent avec leurs vélos, les personnes âgées sont assises à l’ombre de leur petits commerces de rue, les adultes marchandent leurs fruits et légumes. Les animaux aussi sont présents, entre colonie de canards et chiens qui me suivent sur quelques mètres lors de mon passage.


La région compte de nombreuses pagodes et temples de styles différents. Je m’arrête régulièrement tout au long de la journée, pour en visiter un ou deux et assister aux prières des locaux, mais aussi simplement pour admirer les travailleurs dans les rizières aux pieds des collines ou les enfants en tenue d’écolier rentrer chez eux sur leurs vélos, et immortaliser ainsi chacun de ces moments anodins dont je suis le témoin privilégié ce jour-là.
L’atmosphère est douce et les gens sont souriants. Je ressens une énergie très positive dans cet endroit. Je suis conquise. La nature autour est à couper le souffle, si bien que je préfère à vrai dire cet endroit à l’originale Baie d’Halong s’il y avait un choix à faire.


L’un des principaux attraits touristiques de cette région est sa rivière, qui sinue entre les pics karstiques et dont le temps a même permis de creuser plusieurs grottes dans ses roches que l’on peut parcourir en barques.
Ces balades sont accessibles depuis plusieurs endroits, comptez environs 6€ pour une balade de 2h. Vous embarquez à 4 ou 5 sur les barques, et les guides, pas très loquaces, vous mènent sur la rivière paisible en ramant (parfois avec leurs pieds ! Oui oui… véridique !), et en vous faisant traverser les différentes grottes qui ne sont parfois pas bien hautes (attention aux têtes !). Vous aurez ainsi l’opportunité d’admirer les formations souterraines et les chauves-souris. Mais aussi une nature surprenante accessible uniquement par ce biais, ainsi que différents temples.

Si vous êtes de passage dans cette région, je vous recommande de faire la grotte appelée Mua Cave, car au-delà du fait d’être apparemment l’une des grottes majeures du coin, elle possède surtout une bonne montée à gravir pour arriver en haut d’un sommet qui offre une sacrée vue à 360°C sur les environs. Je regrette de ne pas l’avoir fait, manquant d’infos sur le moment, et m’étant imaginée qu’il s’agissait de quelque chose de plus touristique et banal…
Notez d’ailleurs qu’il n’est pas forcément chose aisée de trouver ces lieux en explorant les environs par vous-même. Il semble que les vietnamiens ne soient pas très doués pour les cartes, n’en possédant d’ailleurs pas… (je vous le disais, je détenais un croquis fourni par mon auberge !) Et étant aussi incapables de donner des indications une fois sur place pour se rendre à destination, à croire qu’ils ne connaissent pas les lieux… ou qu’ils souhaitent les préserver ?

 


J’arrive finalement à rentrer au village en fin de journée sans me perdre malgré tout, incroyable !
Je m’arrête au passage dans deux trois boutiques de souvenirs où je dégotte de superbes écharpes en cachemire pour un prix imbattable.
Je finis ma journée accompagnée de Jacki, un vietnamien rencontré dans la boutique de souvenirs avec qui je discutais facilement, étant donné qu’il est guide touristique et avec qui je partage une bière en toute simplicité au bord de la rivière. Au fil de notre échange sur nos vies respectives si différentes, Jacki me prouve une fois de plus à quel point le peuple vietnamien est un peuple chaleureux et ouvert, faisant preuve d’une honnête gentillesse et d’une simplicité qui fait du bien.
Le soir-même, je reprends un bus de nuit en direction de la prochaine étape de cette aventure au Vietnam : l’ancienne cité impériale Hué.