Sa Pa, les rizières du nord

P1060520

Je n’ai que 15 jours pour visiter le Vietnam, alors cette fois-ci, ce n’est plus comme aux philippines. Je ne peux pas me permettre de traîner, il faut être efficace. Mais je suis rodée à présent.
Et de plus l’organisation est bien plus aisée ici. Ça n’a en effet rien à voir à ce niveau-là, tout est tellement plus facile ici ! Que ce soit pour visiter quelque chose, ou pour prendre les transports. Il existe de nombreux tours organisés qui facilitent la visite de certains sites compliqués d’accès, pratique aussi si l’on veut rencontrer du monde et ne pas visiter en solo.
En ce qui concerne les transports, quelqu’un vient vous chercher où que soit votre logement pour vous amener au bus, si ce n’est pas le bus lui-même qui vient vous ramasser à votre hébergement.
Et le plus beau, c’est que tout est réservable directement depuis l’hôtel ! En somme, le Vietnam est un pays bien plus civilisé et moderne que les Philippines.

 

Ce qui fait que le soir-même de mon arrivée à Hanoi le 1er avril, je pars directement pour un tour de 2 jours à Sa Pa dans le nord du pays pour y voir les rizières et rencontrer les tribues locales.
Je suis avec 3 autres filles sympas, nous logeons dans une guesthouse où les hôtes (dont celle que nous appelons « Mama ») sont adorables et fun !
Portant les costumes traditionnels de la région, elles nous accueillent avec de grands sourires sincères et nous cuisinent de délicieux repas typiques tels que le Phô, que nous mangeons tous ensemble.
Au petit déjeuner nous avons notamment encore le droit à une quantité industrielle de crêpes ainsi que des fruits frais… un régal !

Notre guide pour ces deux jours de trek est une jeune vietnamienne qui nous mène au cœur des rizières dans la vallée montagneuse, allant de villages en villages, et avec qui nous apprenons beaucoup de la culture locale. Nous ferons plus de 10h de treks au total sur ces deux jours !

Le 1er jour nous sommes accompagnées par des femmes du village qui nous suivent à notre départ pour le trek. Ce sont des vendeuses qui se rendent de village en village pour vendre des souvenirs aux touristes mais elles nous suivent également afin de pouvoir nous en vendre à la fin du trek.

IMG_20160402_142145

Elles sont toutes habillées en habits traditionnels que je trouve très beaux, y compris notre guide. Toutes les femmes de ces villages vivent réellement habillées comme cela, il ne s’agit pas d’une simple attraction à touristes.
Je trouve cette région que nous avons explorée encore assez intouchée par le tourisme et authentique. Il y a un vrai cachet ici, que ce soit de par ces vêtements ou par les habitations qui font parfois comme de petits chalets en bois, plus je trouve que dans les rizières des Philippines. C’est aussi moins pauvre.

Ici, les rizières sont parsemées tout en longueur sur les flancs de la montagne qui forme une grande vallée entre ces deux monts. C’est donc une configuration différente des rizières de Banaue et Batad aux Philippines.
J’ai aimé les deux sites qui sont vraiment magnifiques, mais personnellement j’ai trouvé un poil plus impressionnantes celles des Philippines en formation de Cirque. Cependant ici, nous ne tombons pas durant la bonne saison pour les cultures, ce qui fait que les rizières ne sont pas vertes. Peut-être cela a-t ’il joué sur mon appréciation.

DCIM104GOPROGOPR7381.

P1060461

Dans le village les gens nous disent bonjour et sont sympas, les enfants sont en revanche très timides, contrairement aux enfants philippins. Ils n’ont pas l’air plus pauvres, mais on l’air plus « crasseux ». A un moment dans la balade, nous tombons sur cette superbe scène avec cette bande d’enfants jouant sur les motos de leurs parents, et qui nous touchent et nous captivent tous.
Une fillette me touche plus particulièrement. Car elle porte visiblement sa petite sœur sur son dos dans la poche en tissu, et a un œil au beurre noir et une cicatrice sous le deuxième. D’autres bleus sont visibles notamment sur son bras. Cela me révolte. J’ai envie de l’aider cette pauvre gamine, de dénoncer je ne sais quelle infamie, la violence d’un adulte envers elle surement. Mais malheureusement, même si l’on est alerté par ce genre de problèmes récurrents dans ces pays, il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire…

 

Et puis il y a les neveux de notre jeune guide, qu’elle nous présente lorsque l’on se rend dans sa maison. Ils vivent tous ensemble dans cette petite bicoque plus que modeste avec son mari, les parents de son mari, et je ne sais plus lequel de leur frère ou sœur marié(e) avec ces fameux neveux.
Ces gamins sont vraiment choux et nous sautent dessus directement, en se prêtent au jeu pour la photo dont ils sont visiblement ravis de prendre la pose.

P1060546 (2) P1060552

Notre guide nous avait expliqué lorsque nous avions visité une école, que les écolières apprennent la couture très jeunes et apprennent donc à réaliser certains de ces objets qui sont vendus dans les petits magasins du village comme les petites besaces que nous avions dû acheter aux vendeuses nous accompagnant pendant le trek.

Elle nous explique également certaines choses quant à la culture locale. Par exemple, les filles se marient en général très tôt. Ce n’est pas rare de voir des fillettes de 11 ans déjà mariées, et de 13 ans portant déjà leur premier enfant… Évidemment à cet âge, ce ne sont pas elles qui décident de leur mari… heureusement, elle nous rassure en nous disant que les couples ont le droit de se séparer une fois adultes s’ils ne s’entendent pas ou sont amoureux d’autres personnes.

Elle nous raconte aussi comment les habitants de la région soignent leur maux de tête et fièvre grâce à des méthodes en quelques sortes chamaniques. Notamment, ils se pincent fortement dans le cou ou se portent une marque sur le front au fer de buffle chauffé pour éloigner le mal. Ce qui leur laisse de bonnes marques pendant un bon moment.
Toute cette culture aussi étonnante ou choquante soit-elle, est tellement intéressante à apprendre…

 

Notre séjour dans les montagnes touche à sa fin et nous rentrons à Hanoi assez tard après plusieurs longues heures de bus.
A propos des bus au Vietnam, ils sont plutôt confortables et classes !! Surtout les bus de nuit, qui sont systématiquement des bus couchettes ! Bon, mieux vaut ne pas être trop grand pour entrer dans la « caisse » au niveau des jambes, mais le confort est là, lit inclinable en position quasi couchée, couvertures, petits coussins… on y prend vite goût !! =)

20160401_221619