Palawan Island et l’archipel des Bacuits, un paradis terrestre

Le 8 mars, je quitte l’île principale de Luzon en direction de l’île de Palawan. Cette île étant supposée être la plus belle des philippines, avec notamment son point le plus touristique El Nido, qui est le point d’accès à l’Archipel des Bacuits, toutes ces petites îles aux plages et lagoons paradisiaques avoisinant Palawan.

Dans le mini van me menant de Puerto Princessa où j’atterris, à El Nido, je rencontre Sissi une jeune norvégienne globe trotteuse qui voyage aussi seule. On reste plusieurs jours à El Nido ensemble. On dort même ensemble dans un hostel aux prix imbattables puisqu’on partage le même lit double.

Dans cet hostel super cheap et au personnel super sympa, le confort est très limité. On se douche littéralement dans le toilette tellement les « salles de bain » sont petites. Il n’y a pas de papier toilette, comme très souvent dans ce pays ce que je comprendrai plus tard. C’est rupestre.

Les premiers jours on reste dans le coin à chiller tranquillement entre canoë et plage. Notamment celle de Los Cabanos très sympathique où je déguste ma première noix de coco.

Avec Sissi on s’entend tout de suite très bien et on rencontre plein de gens.
Au village, on est plongées dans la vie et la culture locale, notamment lorsque l’on voit des entrainements de combats de coqs dans la rue à la sortie de l’hostel, ou que l’on est témoins d’un défilé de tous les élèves de l’école d’El Nido à l’occasion du centenial de je ne sais quel évènement exactement, mais qui a lieu tous les ans. Avec majorettes et orchestre tous en costumes s’il vous plait.


Dans la rue, les enfants qui habitent à côté de l’hostel me sautent dessus. Ils sont vraiment choux. Mais certains d’entre eux réclament de l’argent ou me demandent si ma « bague est en vrai or »…

20160310_182830
20160310_183027
Puis on prend un tour de 2 jours 1 nuit pour découvrir ce fameux archipel des Bacuits avec camping sur une plage.
C’est le top. Avec un petit groupe constitué uniquement de jeunes touristes comme nous, on passe de plages de rêves en lagoons incroyables à l’eau cristalline et turquoise photoshopée.


Nous avons deux guides d’une vingtaine d’années, ainsi qu’un cuisinier à bord, qui nous prépare le barbecue à même le bateau !


Ici les bateaux sont très atypiques, ils ressemblent plus à des barques, tout en bois et en bambous !

On passe deux jours superbes à explorer de nombreux endroits tous plus beaux les uns que les autres. On fait également quelques sessions de snorkelling en partant une fois de plus en mission tortue…. en vain !
Un seul problème dans ce paradis terrestre…. Il y a des millions de méduses partout !!!!
Mais le deuxième jour, on vain notre peur et on finit par se jeter à l’eau et nager parmi les méduses !! Qui ne piquent pas en fait et ne sont pas dangereuses. Ce fût une expérience assez mémorable !

L’équipage nous prépare à même le bateau de délicieux repas sains que nous savourons sur ces plages de rêves.
La nuit en camping est top, sur une île quasi déserte, où vit une seule petite famille dans une cabane en bois microscopique. Nous avons bien plus de confort que ce que j’imaginais. On a notre petite tente sur la plage, à quelques mètres de l’eau, et on assiste au coucher de soleil le soir avec la dizaine d’autres participants. Il n’y a pas vraiment de douches mais il y a quand même des toilettes. On a même un petit repas préparé par la famille.

Le lendemain, c’est reparti pour une journée haute en couleurs.

20160311_152232

——————–

Un jour avant de partir de Palawan, je choppe la tourista ou je ne sais pas quoi, et suis soudainement clouée au lit jusqu’au lendemain !! :S

Le lendemain, ça va un peu mieux, et je réussis à prendre le bus jusqu’à Puerto Princessa sans soucis.
Dans la guesthouse où je séjourne, l’eau est coupée pendant de longues périodes de la journée, pour dire à quel point les problèmes d’eau sont importants ici.

Le lendemain, je prends le premier avion qui va jusqu’à Manille. Puis je dois changer et en prendre un deuxième pour aller jusqu’à l’île de Cebu. Sauf que j’ai quasiment RATE L’AVION !!!!! Il était moins une !! Je n’ai même pas eu le temps d’enregistrer mon gros bagage, je l’ai pris avec moi pour aller sauter dans l’avion juste avant le décollage. Ils m’attendaient tous, j’étais la dernière. –‘