Quand la roue tourne (enfin) !

Nous enchaînons directement avec un deuxième article car nous avions pris pas mal de retard et que pas mal de choses se sont passées ses dernières heures.
Au moment où nous avions voulu publier l’article précédent le week end dernier, nous avions trouvé un job en ferme pour tous les deux.

Pour la petite histoire, nous avions eu le contact d’un fermier de la part de deux amis backpackers français qui partaient pour d’autres horizons et qui laissaient donc leurs places. Ils avaient parlé à leur fermier de nous afin de prendre leur relais. Et nous étions sensés le rencontrer le lundi matin. Nous y sommes donc allés pour 9h… pour qu’au final ce dit fermier nous dise qu’il n’avait pas de travail, du moins, pas pour l’instant. -_____- » .

Dépités, nous sommes repartis pour un tour des fermes le moral dans les chaussettes. Et il ne nous a pas fallu aller bien loin. Une ferme plus loin, nous avons eu de la chance d’arriver juste avant une autre voiture de backpackers en quête de travail et de demander aux fermiers s’ils avaient besoin de monde. Ils ont pris nos numéros de téléphone et renvoyés directement les autres backpackers.
Au moment de partir, le fermier nous rattrape en nous disant qu’il allait voir avec ses fils dans les champs s’ils avaient besoin de gens pour les aider. 5 minutes plus tard, il nous demande si nous serions partant pour aller « picker » (récolter) les haricots immédiatement. Et ce fût parti pour la journée.
Il nous assurait ensuite avoir du boulot pour toute la semaine.Picking de haricots, de tomates, de maïs, planting de graines de haricots et entretien des plans, il y avait l’air d’avoir de quoi faire avec les deux français très sympas rencontrés là bas et avec qui nous rigolions bien.
Pour ma part, j’ai gardé mon job au resto le soir, ayant dans l’idée d’enchainer les deux boulots…. et heureusement ! Puisque mercredi midi, après notre matinée de travail, le fermier nous annonce finalement qu’il n’a plus de travail pour le moment. C’était donc reparti pour un tour des fermes dès le lendemain ! -_- »

 

Cependant, la chance a (ENFIN) tournée !
En l’espace d’une soirée, un week end, notre situation a complétement changée du tout au tout.
On vous explique : J’ai un ange gardien au travail. Une collègue exceptionnelle. Qui me bichonne, me ramène souvent à manger, me parle de plans travail ici ou là. Et hier soir, après une petite soirée afterwork entre collègues, elle nous propose de venir dormir chez elle, dans la maison de son père. Elle nous offre alors une chambre dans sa grande maison de style ancien Manoir avec un grand lit au matelas de rêve *_* (Le rêve de Mika depuis que l’on dort dans Bobby).
Après une bonne douche chaude qui fait du bien et la proposition de revenir quand on le souhaite ou même ne serait-ce que pour y faire nos machines à laver, nous partons en direction de la maison de l’un de mes papis patrons du restaurant. Raschelle (ma collègue) lui avait dit que je cherchais à compléter mon travail au resto par un autre job, et que j’avais un copain qui cherchait lui aussi un travail. Et le fait est qu’il nous a proposé de passer le voir chez lui pour nous proposer un travail dans sa propriété.
Il nous explique alors tout le travail à faire, qui sera principalement confié à Mika, et qui sera garanti pour au moins 3 mois. Le travail compte pour l’obtention de second visa. Il s’agit de nettoyer les dégâts causés par le cyclone dans ses plantations de bananes et dans sa propriété. Pour ma part, je garde prioritairement mon travail au restaurant avec probablement augmentation de mes heures, tout en venant travailler avec Mika à côté de temps en temps. Cerise sur le gâteau, Kevin mon patron me dit que le restaurant comptera également désormais pour l’obtention du second visa.
Et pompon sur la Garonne, à l’hôtel restaurant, il y a des chambres mises spécialement à disposition du staff de l’hôtel, chambre que nous pourrions avoir gratuitement (dès que l’une d’elle se libère) étant donné que nous bosserons tous les deux pour les patrons ! 😀

 

A côté de tout cela, le travail au restaurant se passe très bien, il y a une bonne ambiance dans l’équipe, les papis patrons sont très gentils et bienveillants, j’y suis d’ailleurs bien vue et mon travail est apprécié, ce qui fait plaisir =)
J’améliore mon anglais progressivement, tout va bien. On a tenté de visiter un peu les alentours mais pas grand chose à voir à moins de 2h. On s’acclimate malgré tout à Carnarvon au fil des rencontres que l’on y fait et des relations qu’on y noue.

Nous sommes donc aujourd’hui au top dans nos lifes. La chance a enfin tourné et ça fait du bien ! =)
On commence le travail chez Kevin lundi, so keep in touch 😉 !

Bisous,
Théo.