West Coast Roadtrip – Part II

Nous vous avions laissé sur votre faim lors du précèdent article, voici donc la suite et fin de notre roadtrip :

Jour 8 :
(Kalbarri National Park)

En ce huitième jour nous attaquons le célèbre Kalbarri National Park. Au volant de notre bolide, nous prenons d’assaut les « dirty roads » du parc…. A 20km/h ! Autant dire que la journée fût courte et périlleuse ! En passant les 25km/h on a bien cru que la cuisine allait s’ébranler et que nous allions perdre les quatre roues en chemin ! Mais Bobby en a vu d’autres et nous a permis d’accéder sans problème aux principaux points de vue du parc.
A quelques mètres de chaque parking s’étendent devant nous des paysages à couper le souffle, impressionnants de par leur étendue sauvage…
Nous avons ainsi pu voir quelques surprises de la nature comme la Nature’s Window et le Z-bend que nous avons particulièrement appréciés.

Pour les médisants, nous faisons tout de même un peu de sport ici. Nous voici en pleine randonnée (si si !) 😉

La nuit tombant rapidement, nous sommes contraints de nous arrêter pour la nuit quelques kilomètres seulement après la sortie du parc, avant d’entamer la longue route de la mort remontant tout droit (au sens propre) jusqu’à Shark Bay.

IMGP0832
Première nuit passée sur une aire de repos où il n’y a… absolument rien. En plein Outback comme ils disent. Pas rassurés (enfin surtout Théo).

Jour 9 à 12 :
(Shark Bay, Denham, Monkey Mia)

Ayant survécus à notre nuit dans le bush, ainsi qu’à la route de la mort, nous faisons une rapide halte à la roadhouse Overlander, avant de prendre le crochet pour Shark Bay. Ces roadhouses sont les seuls rares stops sur la route pour refaire le plein et s’arrêter casser la croûte. Elles proposent parfois des Caravan parks et accomodations. Sans oublier qu’elles emploient bien souvent des backpackers. Mais pas de job pour nous ici. On continue donc notre route.

20150313_205148[1]

Shark Bay, autrefois appelée baie des Chiens-Marins en français, est un golfe de l’océan indien formé par le centre de la côte ouest de l’Australie-Occidentale. Elle est le point qui est le plus à l’ouest de l’Australie – cf. Wikipédia.
Nous nous arrêtons tout d’abord à Hammelin pour y voir les fameuses stromatolites (plus ancienne forme de vie sur terre depuis des millions d’années). Beaucoup plus sympas que celles que nous avions vues précédemment à Lancelin.


Puis nous finissons notre route à Denham. Petite ville paisible de pêcheurs encore une fois, mais cette fois, avec un vrai festival dédié à la pêche ! (Awesome)

—-

Pour la petite anecdote, nous avons voulu prendre une nuit en caravan park, sauf qu’après 18h, plus personne à la réception, bureau fermé, aucune barrière à l’entrée…. Nous nous y sommes donc faufilés discretos sur un emplacement au pif. (Pas cher le camping !).
Notre plan aurait pu bien fonctionner… Si nous étions partis avant 8 heures le lendemain matin (l’ouverture du bureau), mais c’était sans compter sur un coup du destin. Nous nous sommes rendu compte que nos voisins d’emplacement n’étaient autres que le petit couple de papy et mamy trop stylés croisés plus tôt à Kalbarri. Nous avons longuement discuté avec eux, et même échangé nos coordonnées, au cas où nous passerions dans le Victoria vers chez eux (non loin de Melbourne).
Le soir venu, nous avons souhaité retourner dans ce camping que nous avions apprécié… Et de manière légale cette fois. Sauf qu’en arrivant à la réception nous avons eu le droit à un « mais vous étiez là la nuit dernière ? C’est drôle, il me semble vraiment avoir vu un van coloré avec une plaque similaire sortir du caravan park vers 8H30 ce matin, il faudrait que je jette un œil aux caméras de sécurité ». Heu… « Vraiment ? Non.. non non c’était pas nous… Ah siiiii, nous sommes passés voir des amis tôt ce matin, ce doit être pour ça… ». Et voilà, avec un peu de chance, comment se sortir de se pétrin. Mais, pas futés les gars, heureusement que l’employée n’a pas pris deux minutes de sa journée (loin d’être chargée en plus) pour checker les enregistrements !

—-

Mais revenons-en à notre aventure. Nous sommes ensuite partis pour Monkey Mia (ne vous méprenez pas, il n’y a aucun singe là-bas, c’est en revanche connu pour ses dauphins) pour y passer une journée et demie. Le samedi 9 mai étant le jour de l’anniversaire de Mika, nous avions décidé de marquer ce jour dans ce magnifique endroit à l’eau turquoise, aux dauphins présents toute la journée et au soleil garanti. Le matin, lever tôt pour assister au nourrissage des dauphins sur la plage en compagnie des volontaires travaillant ici. Trois occasions successives de donner un poisson en main propre à différents dauphins. Trois occasions données à d’autres personnes (évidemment). Ceci dit, nous avons tout de même bien profité du spectacle 🙂 !


Puis, chilling sur la plage le temps d’un cocktail, et nous embarquions sur un catamaran pour un safari en mer. Ce fût un bon moment, même si nous espérions voir un peu plus de vie marine que les dauphins que nous avions déjà pu approcher depuis la plage toute l’après-midi précédente.

 


Finalement, nous étions trop bien à cet endroit, et nous avons décidé de rester encore pour la soirée et de ne repartir que le lendemain.
Ainsi, pour clôturer cette belle journée en beauté, nous nous sommes autorisés un petit écart au restaurant de la plage : un vrai régal, dans un très beau cadre. Nos estomacs ne s’en sont toujours pas remis !

Cette fois c’est parti, le roadtrip touche à sa fin, après une dernière matinée près des dauphins, nous partons en direction de l’étape finale : Carnarvon. Petit crochet par Eagle Bluff, puis deuxième nuit au milieu de nul part pour éviter les Kangourous sur le pare-brise avant d’arriver dans la ville touchée par un cyclone il y a quelques semaines de cela.

—-

Nous sommes bien arrivés à Carnarvon, après 13 jours de voyage et de découvertes en mode « Romanichels ». A vivre dans un van, à traquer les douches publiques et profiter des barbecues. Ah et on a oublié un détail… LES MOUCHES !! Par milliers, millions même ! Que nous nous tapons depuis les Pinnacles. Qui sont bien bornées, qui essaient de pénétrer ton corps par tous les orifices (ou presque..). Ce qui en devient vite insupportable sans le fameux « fly net » (voir le WTF#10).

Bref, voici les grandes lignes de l’itinéraire que nous avons parcouru pendant ces derniers jours :

Nous vous écrivons sous le soleil et la chaleur de Carnarvon, on voit qu’on est déjà bien montés sur la côte au niveau des températures. Ici c’est encore l’été. Nous allons d’ailleurs de ce pas reprendre les recherches de travail, dont vous aurez des nouvelles dans le prochain article !

Love. Bisous. Kiss. Flex.

Mika & Théo 😉